Les articles

L’École de Capucine sur France 2 !

Retrouvez le reportage sur L’École de Capucine dans l’émission de France 2 « Je t’aime etc. », animée par Daphné Burkï, diffusée le 4 mai 2018.

Témoignages de participants, aperçu d’un atelier, interview de la fondatrice Capucine Moreau, un ensemble qui vous permettra d’en savoir plus sur notre action !

Continuer la lecture de « L’École de Capucine sur France 2 ! »

Il était une fois le candaulisme…

exlibris_20242

  Dans nos sociétés occidentales contemporaines, le couple continue de se vivre dans une norme monogame et exclusive et le mythe du « prince » ou de la « princesse » charmant(e) ne s’est jamais aussi bien porté. Le/la partenaire doit être le meilleur compagnon, le meilleur parent, le meilleur amant, le meilleur ami, et l’unique partenaire sexuel, pour la vie entière. Depuis les années 60 pourtant, les femmes peuvent maîtriser leur procréation et elles ont -théoriquement- la possibilité de disposer de leurs corps à l’égal des hommes. Le développement d’internet et des sites de mise en relation offre également un contexte extrêmement favorable aux rencontres tous azimuts. Enfin, l’impératif de performance sexuelle ajoute une difficulté supplémentaire pour réussir le mythe du « avec elle/lui uniquement pour la vie entière ». « Le coup de canif au contrat » a toujours existé mais, aujourd’hui, il est accessible aux femmes comme aux hommes, et même si on préfère l’ignorer en ce qui concerne son propre couple, il est presque irrémédiable dans une relation durable. L’adultère se pratique pourtant encore en clandestinité et dans la culpabilité, entraînant souvent des ruptures du couple initial et des familles pour le fondement de nouveaux couples et de familles « recomposées ».

Continuer la lecture de « Il était une fois le candaulisme… »

L’exhibe : de Courbet au net…, Actes de la journée d’étude du 14 juin 2016

@NatachaMercier

Résumé : Autour de l’exposition de Natacha Mercier Vasistas ?, sous la responsabilité de Daniel Welzer-Lang, Professeur de sociologie, un travail a été conduit avec des sociologues et psychologues du LISST-Cers CNRS, du Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux), des philosophes, des sexologues, des historiens de l’Art, des artistes et des responsables associatifs. L’objectif a été de saisir les liens entre l’exhibition académique comme l’Origine du monde peint par Courbet en 1866 et les exhibes actuelles sur le net qui tendent à devenir, pour certain-e-s, une forme de sexualité à part entière.

Contribution de Capucine Moreau p.67 : Hétéronormativité et parole des expert-e-s profanes

Lire l’ensemble des actes…

L’érotisme, tout un poème !

@Nadia von Foutre
@Nadia von Foutre

Dans mon cher bistrot Toulousain qui me caféine et me bichonne chaque jour, je tourne autour du pot, lis, papillonne, répond aux nombreux mails qui tombent…
Un habitué particulièrement affectionné m’interroge, je fais quoi là précisément, je travaille sur quoi ? Ça les intrigue cette fille sur son mac qui semble oublier le monde entier.
« Ben je fais un article sur l’érotisme…. Je me sens petite face à un tel sujet. Tout a déjà été écrit non ? J’ai envie de m’y frotter néanmoins, parce que dans mon activité, dans mes aspirations, dans ce que je défends, je parle souvent d’érotisme. Mais je veux dire quoi exactement ? ». « Commence par ça ! » Me répond-il. « Il faut toujours commencer de l’endroit où l’on se trouve ». L’ici-et-maintenant… Ma devise du moment. Merci à lui, je me lance !

Salon de l’érotisme

Un week-end fin octobre. Salon de l’érotisme à Toulouse… Forcément, j’y vais, pour voir, pour revoir. Je passe quelques heures dans un hall d’exposition, au milieu de stands d’accessoires coquins, de shows alléchants, de femmes en lingerie sexy – du moins dans les codes admis – qui déambulent dans une lumière blafarde peu valorisante. Érotique, cette ambiance ? Pour moi, pas tellement. Cela me laisse de glace malgré mes efforts. J’observe néanmoins les visiteur-se-s qui se pressent nombreux-ses. Je perçois parfois le frisson dans leurs yeux, l’excitation oui, je l’admets. Donc, pour eux, pour elles aussi ? – ce salon serait bien « érotique », si l’on s’en tenait à un tout premier niveau de définition facile, à savoir ce qui provoque un désir ou une excitation sexuelle ?

Lire la suite…