Aujourd’hui, les options pour mener sa vie érotique, sexuelle, affective, sont multiples. Rester célibataire, choisir le couple quelqu’en soit la forme, assumer plusieurs amours, rester ensemble, se séparer, préférer les femmes, les hommes, les deux ou peu importe, se dire a-sexuel-le, tout est possible. On voit du sexe partout, on peut en consommer, on « devrait » même en consommer, quitte à en perdre totalement le sens.

En parallèle nos inconscients restent marqués par une culpabilisation du plaisir, et une normalisation de ce qu’il devrait être -ou ne pas être. Nous restons peu informés, peu accompagnés, sur le chemin de la jouissance, et l’imagerie réductrice d’internet remplace le manque de transmission et d’initiation érotique.

Il est donc très fréquent de s’interroger à différents moments de son parcours, d’avoir des envies d’évolution, d’un « davantage » ou même d’un « ailleurs », mais aussi des périodes de doutes, de difficultés, voire même de désespoir. Et on ne sait pas vraiment à qui en parler sans être jugé-e-s… d’autant que le dernier tabou devient peut-être justement de ne pas tout le temps « s’éclater » !

Pourtant, il est important de ne pas trop attendre, sinon un simple questionnement peut se transformer en une difficulté qui s’enkyste et atteint l’estime de soi ou la qualité de la relation lorsque l’on est en couple.

Je vous propose donc de vous accompagner dans votre recherche, seul-e et/ou avec votre partenaire, au sein d’un espace où liberté de ton et respect sont sacrés.

 

« Je voudrais enfin dire à mes amis qui, préoccupés, me conseillent de quitter le « terrain dangereux de la politique », et de me limiter à la science naturelle, que la sexologie, dans la mesure où elle mérite ce nom, est révolutionnaire, qu’elle le veuille ou non. Qui voudrait, dans un bâtiment en flammes, écrire calmement des traités esthétiques sur le sens de la couleur chez les grillons? »

Wilhelm Reich, Novembre 1935, préface de la deuxième édition de « La révolution sexuelle »