On parle de nous dans le Journal Toulousain

[DOSSIER] ATELIER SEXUALITÉ : QUAND LES LANGUES SE DÉLIENT

logo JT« PARTAGE. Depuis bientôt deux ans, le Cabinet de Curiosité Féminine accueille les Toulousains. Plusieurs fois par mois, des rencontres se tiennent pour aborder ce dont on ne parle pas : le sexe. Des ateliers à thème qui permettent d’en apprendre plus mais aussi de faire mieux. »
Le reportage entier ici – en accès premium à tout petit prix !

Il est question de nous aussi ici
« SENSUALITÉ. Dans le monde de la littérature, un genre bien spécifique rencontre depuis quelques années un joli succès. Celui de l’érotisme. »

Les fesses de la crémière

publie le 14.07.2016 dans le cabinet de curiosite feminine

fesses cremière 2

Qui veut le beurre et l’argent du beurre?

J’en rêvais, j’ai eu cette chance, un entretien avec l’énigmatique Audren le Rioual, auteur du blog désormais fameux pour qui réfléchit aux sexualités et au couple, « Les fesses de la crémière ».

Et oui, l’homme affirme qu’on peut tout avoir, le beurre et l’argent du beurre ; du moins, il propose de s’interroger sur la norme monogame exclusive encore prégnante aujourd’hui et sur le mythe du prince/de la princesse charmant/e. Avec intelligence et références, sans prosélytisme, il traverse les courants et les communautés et s’adresse à tout/e-un/e-chacun/e. C’est bien écrit, avec une précision quasi-mathématique (on se demande d’où ça vient mais on n’osera pas demander!), beaucoup d’humour. Et chaque article est illustré…

Bonjour Audren !

Pour commencer, peux-tu nous parler de l’histoire qui a conduit à ce blog? 

Lire la suite…

 

Promenade en sous-bois

publie le 7.07.2016 dans le cabinet de curiosite feminine

herbiersauvage_icon

Chic, je l’attends avec impatience depuis un moment, il arrive enfin, l’herbier sauvage ! « Livre illustré socio-érotique à effeuiller pour assouvir curiosité et plaisir », annonce le dossier de presse. Ces mots vous parlent autant qu’à moi ?! Lisez la suite… 

« Orgasme blanc » , « La Bouche », « Les plans à plusieurs », « Chimio », tels sont quelques titres des nouvelles que l’on peut découvrir dans ce très bel ouvrage, illustré par d’oniriques dessins de Chloé Cruchaudet, doux autant que crus, presque voilés.

Lire la suite…

 

L’antenne Toulouse du Cabinet de Curiosité Féminine

Logo-200

« Le sexe est un sujet sérieux qu’il faut traiter avec légèreté, et inversement. »

Le Cabinet de Curiosité Féminine, c’est une plateforme web, des ateliers, une émission radio, dédiés aux sexualités, une association créée en janvier 2013.

Entre expertise et légèreté, nous travaillons sur le décryptage de l’actualité, sur des sujets restés jusqu’ici tabous ou bien trop souvent mal informés. Nous créons des espaces d’échanges et de discussions autour de thèmes travaillés qui touchent particulièrement les femmes aujourd’hui. Notre cible est essentiellement féminine, mais les hommes sont aussi très curieux et nous suivent avec beaucoup d’intérêt.

J’ai créé l’antenne Toulouse du Cabinet de Curiosité Féminine en septembre 2014, parce que j’avais envie de voir ces espaces près de chez moi.

Des ateliers théoriques ou pratiques ont lieu chaque mois, mixtes ou réservés aux femmes, en fonction des sujets.
Vous souhaitez en avoir une idée plus précise: vous pouvez découvrir nos compte-rendus illustrés en live par une équipe de dessinatrices/dessinateur !

Les curieux-se-s sont partout, et les sexualités ont différents visages.
Nous aimons donc travailler en partenariat, et sommes soutenus dans notre action par de nombreux acteurs locaux de champs divers (Radio FMR, les boutiques La Clef des Charmes et Divine for Love, le Garuda Center, l’école de Yoga Chotika, les collectifs artistiques Bakélite et atelier TA, l’Université Jean-Jaurès, les associations Ptite Lumière et Cie, le Cri de la Chatte).

@Nadia Vonfoutre
@Nadia Vonfoutre
@Sophie Bacquié
@Sophie Bacquié

Il était une fois le candaulisme…

exlibris_20242

    Dans nos sociétés occidentales contemporaines, le couple continue de se vivre dans une norme monogame et exclusive et le mythe du « prince » ou de la « princesse » charmant(e) ne s’est jamais aussi bien porté. Le/la partenaire doit être le meilleur compagnon, le meilleur parent, le meilleur amant, le meilleur ami, et l’unique partenaire sexuel, pour la vie entière. Depuis les années 60 pourtant, les femmes peuvent maîtriser leur procréation et elles ont -théoriquement- la possibilité de disposer de leurs corps à l’égal des hommes. Le développement d’internet et des sites de mise en relation offre également un contexte extrêmement favorable aux rencontres tous azimuts. Enfin, l’impératif de performance sexuelle ajoute une difficulté supplémentaire pour réussir le mythe du « avec elle/lui uniquement pour la vie entière ». « Le coup de canif au contrat » a toujours existé mais, aujourd’hui, il est accessible aux femmes comme aux hommes, et même si on préfère l’ignorer en ce qui concerne son propre couple, il est presque irrémédiable dans une relation durable. L’adultère se pratique pourtant encore en clandestinité et dans la culpabilité, entraînant souvent des ruptures du couple initial et des familles pour le fondement de nouveaux couples et de familles « recomposées ».

   Un groupe de personnes, encore exceptionnel, tente de résoudre l’équation en prenant la maîtrise de cet adultère et en l’organisant au sein du couple. Il retourne totalement les codes en vigueur depuis des siècles, puisque ce sont la plupart du temps les hommes qui non seulement consentent mais aussi prennent plaisir en sachant ou regardant leurs femmes avoir des relations sexuelles ou affectives avec d’autres hommes. Il se nomment eux-même les « candaulistes », en référence au mythe grec du Roi Candaule.
Nous nous sommes rapprochés de cette population pour en savoir plus : qui sont-ils ? Comment en sont-ils arrivés à ces pratiques ? Que recherchent-ils dans cette transgression et comment le vivent-ils ? Comment gèrent-ils leur jalousie ou d’autres peurs éventuelles ? Quels sont leurs rituels ? Jouissent-ils mieux ainsi ? Quels risques et points de vigilance soulignent-ils ? Quel impact constatent-ils dans leur lien amoureux ?

    Nous nous interrogerons enfin sur les limites de cette étude, puis sur celles de telles pratiques, en les évaluant à l’aune d’autres qui questionnent également la norme monogame exclusive (libertinage et échangisme, « polyamour »…)
Nous nous demanderons ainsi si de ce type de comportements nous pouvons faire émerger des enseignements utiles à l’accompagnement clinique des couples consultants en souffrance qui cherchent à combiner lien amoureux et vie érotique exaltante.

Lire la suite : Mémoire Il était une fois le candaulisme… Un modèle pour les couples d’aujourd’hui?